Sommaire du journal N°138 - Février/Mars 2020

Chers lecteurs,

Les élections municipales auront lieu les 15 et 21 mars. On commente, ici et là, le mal-être des maires – les élus préférés des Français – dont chacun s’accorde à dire qu’ils sont les « piliers de la République ». Il est vrai qu’ils sont en première ligne vis-à-vis des citoyens et que les tribunaux ne les ménagent pas quand un accident se produit sur leur commune ou quand la justice enquête sur d’éventuelles prises illégales d’intérêt. Ils ont été en outre dépossédés peu à peu de leurs compétences au profit des communautés de communes, ce qui fait dire à certains, désabusés, qu’ils ne sont là que pour inaugurer les chrysanthèmes... Exception faite toutefois pour les stations de montagne qui ont pu conserver leur autonomie touristique.

On votera d’ailleurs, les 15 et 22 mars, pour élire, en même temps que les élus municipaux, les conseillers communautaires qui désigneront le président de la Communauté de communes des vallées de Thônes (CCVT) dont l’actuel président, Gérard Fournier, maire des Villards-sur-Thônes, se félicite – on le lira dans ce journal – de la montée en puissance de la CCVT. Mais le schéma de cohérence territoriale (SCoT) présenté sous l’égide de la CCVT a suscité un raz de marée d’observations, critiques pour la plupart en ce qui concerne notamment la création éventuelle d’importants  complexes hôteliers. 

On lira, à ce sujet, la lettre adressée à la ministre de la Transition écologique et solidaire par une de nos lectrices qui nous l’a transmise.

Claude Fouchier

Revue de web

Loisirs

Montagne

Aravis

Haute-Savoie

La Clusaz

Le Grand-Bornand

Manigod

Saint-Jean-de-Sixt

Livres

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :


Courrier des lecteurs
Faisant suite à l’ouverture de l’enquête publique concernant la révision partielle du schéma de cohérence territoriale (SCoT) sous l’égide de la Communauté de communes des vallées de Thônes, qui s’est déroulée du 7 décembre au 8 janvier, nous avons reçu un courrier de Madame Catherine Garrigue de Jouars-Pontchartrain (78) et résidente au Grand-Bornand. Il s’agit d’une lettre envoyée à la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne.

Boutique
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous