Aravis - N°129 - Août-Septembre 2018

Reblochon infecté, la suite

L’affaire a débuté le 11 mai par le rappel de premiers lots de reblochons AOP par l’enseigne Leclerc suite à la détection de sept cas d’infection à la bactérie Escherishia coli chez des enfants âgés d’un an et demi à trois ans. L’enquête effectuée par les autorités sanitaires a mené, dans un premier temps, à la fromagerie Chabert de Cruseilles comme foyer initial de l’infection.

Depuis, un enfant est décédé d’une infection par l’E-coli, une même souche qui a infecté les autres malades, selon un communiqué de l’agence de surveillance sanitaire. Pour autant, la souche incriminée n’a pas été retrouvée à l’usine Chabert de Cruseilles. Au total douze enfants ont été contaminés par l’E-coli dont deux par une souche différente et un par une souche non identifiée.

Depuis le mois de mai, l’entreprise Chabert a procédé au rappel de tous les fromages suspectés, en France, Espagne et Allemagne, vendus sous différentes marques.

Le 22 juin le ministère de l’Agriculture annonçait un nouveau retrait-rappel de reblochons AOP. Ainsi toutes les productions de fromages issues du premier élevage identifié comme contaminé ont été retirées du marché. Un second élevage concerné a amené à des retraits par mesure de précaution.

Au total près de 330 tonnes de fromages auront été retirés du marché. Et les 28 élevages fournisseurs du lait pour la fabrication de reblochon à Cruseilles ont été mis sous surveillance renforcée. Un numéro vert est ouvert aux consommateurs 0 800 94 52 35.

 
Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 


Courrier des lecteurs
Faisant suite à l’ouverture de l’enquête publique concernant la révision partielle du schéma de cohérence territoriale (SCoT) sous l’égide de la Communauté de communes des vallées de Thônes, qui s’est déroulée du 7 décembre au 8 janvier, nous avons reçu un courrier de Madame Catherine Garrigue de Jouars-Pontchartrain (78) et résidente au Grand-Bornand. Il s’agit d’une lettre envoyée à la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne.

Boutique
3.50 € Aravis
N°163
Avril/Mai 2024

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous