Sommaire du journal N°43 - Avril/Mai 2004

Chers lecteurs,

Combien de stations en France, qu'elles soient balnéaires ou d'hiver, peuvent se targuer d'être à la fois présentes – et vedettes – au salon du tourisme et à celui de l'agriculture ? Peu sans doute. En tout cas, Le Grand-Bornand en fait partie. Lapina, une vache bornandine, championne de production laitière – et donc de reblochon –, a raflé tous les prix de la race Abondance au dernier salon de l'agriculture.
Cette distinction pourrait prêter à sourire si l'on ne comprenait la promotion importante et symbolique qu'elle représente pour les Aravis. Importante parce que le salon de l'agriculture est sur-médiatisé en France. Les politiques, toutes tendances confondues, s'y précipitent pour y être vus et filmés alors que le potentiel électoral des agriculteurs, qui ne représentent plus que 5% de la population active, est faible. Mais la production agroalimentaire française est la deuxième du monde et la majorité des Français sont fils, petits-fils ou arrière petits-fils de paysans. Et s'ils n'éprouvent qu'une sympathie mesurée pour les gros céréaliers, à qui vont le plus gros des subventions, ou autres éleveurs de porcs ou de poulets en batterie, ils aiment vraiment les petits agriculteurs et éleveurs traditionnels et surtout ceux de la montagne. Cette distinction est également symbolique pour les Aravis. Elle conforte l'image d'un massif qui entend garder, à côté de ses installations de loisirs performantes, un élevage traditionnel. Et c'est cette diversité, en un équilibre délicat à conserver, qui fait l'originalité et le charme incomparable des Aravis.

Aravis

Haute-Savoie

La Clusaz

Le Grand-Bornand

Manigod

Portrait

Livres

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous